• visitezparis

De vrais parcours hantés cachés dans Paris


data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAPABAP///wAAACH5BAEKAAAALAAAAAABAAEAAAICRAEAOw==

Pour halloween : tour d'horizon des lieux les plus flippants de la capitale...

1ère étape, place Kaspereit (M° Pigalle). Sur cette place, un portail indique l'entrée de l'avenue Frochot et le N°1 est repérable à son lugubre vitrail. Cette maison maudite a vu mourir le compositeur Victor Massé, paralysé par la maladie de Charcot. Quelques années plus tard, la maison revendue et une domestique y est sauvagement assassinée au tisonnier. Après des années d'enquête, l'affaire est classée. A la fin des années 1970, Sylvie Vartan a cru faire une affaire en achetant la maison. Mais en repérant les lieux avant de s'installer, elle comprend que la maison est maudite. Elle n'y habitera jamais et la revendra vite à l'écrivain Matthieu Galley qui écrira dans son journal : "l'impression de m'endetter pour acquérir mon tombeau". Un pressentiment malheureux car il y mourra à seulement 52 ans... lui aussi de la maladie de Charcot.

Dans le 19e, une charmante petite place fait l'angle entre les rues de la Grange-aux-Belles et des Ecluses St-Martin (M° Colonel-Fabien). Le pittoresque d'un petit village y ferait presque oublier que pendant 600 ans s'élevait ici le gibet de Montfaucon, un bâtiment de 3 étages percé de 45 ouvertures, chacune d'entre elle pouvant exposer à la vue du public 2 potences et autant de corps pendus. Lieu favori des exécutions royales jusqu'à Henri IV, ce gibet ne sera détruit qu'à la Révolution. S'il n'en reste rien aujourd'hui, on raconte que des esprits hantent toujours la place...

La 3e étape nous conduit sur les hauteurs de Montmartre (M° Lamarck-Caulaincourt). Derrière les paillettes de la place Dalida, une petite allée se fait discrète : l'allée des Brouillards. Cette ruelle sombre est longée par un sinistre château. Au 19e siècle, ses propriétaires disparaissent et le vieux manoir est abandonné. Des années durant, un épais brouillard recouvre entièrement la zone. Chaque nuit, des chiens s'y réunissent pour hurler à la mort. Les plus cartésiens expliquent que la présence d'un abreuvoir et de son eau exposée au soleil justifie le brouillard et les chiens. Mais oserez-vous pour autant vous y promener la nuit ?

Pour des anecdotes originales sur les surprises cachées à Paris, commandez une visite insolite !

Crédit photo : reconstitution GREZ PRODUCTION "Paris au Moyen-Âge"


67 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout