• visitezparis

Une vraie ruche géante cachée dans Paris


Depuis des siècles, Paris est un phare pour les artistes.

Arrivant du Japon, de Russie, d'Italie, de Roumanie ou d'Espagne, ces génies viennent à Paris avec l'idée que cette ville est la plus accueillante, car Paris est universelle.

Parfois, l'histoire leur a donné tort. Ainsi, Chagall doit fuir la milice et s'installer à New-York en 1941 tandis qu'Henri Epstein, dénoncé par des voisins, meurt en déportation.

Mais souvent, Paris est fidèle à sa réputation. Le Bateau-Lavoir et la Ruche ont joué ce rôle.

Un bateau sur la mer et une ruche pour des abeilles ? Pas tout à fait. Ces deux bâtiments aux noms chantants sont des ateliers d'artistes destinés à accueillir les créateurs désargentés.

Si le Bateau-Lavoir est bien connu des habitués de notre visite de la face cachée de Montmartre, la Ruche est bien moins célèbre.

Elle doit son nom à Alfred Boucher, sculpteur qui, en 1895, décide de récupérer des éléments ci et là pour offrir un toit aux artistes qui n'ont nulle part où travailler et loger. Un grand pavillon circulaire au centre est emprunté au pavillon des vins de Gironde de l'expo universelle de 1900 (l'architecte est un certain Gustave Eiffel qui, paraît-il, a contribué à un autre monument à Paris). D'autres éléments sont ajoutés autour pour lui donner des allures d'alvéoles. En 1902, l'ensemble est prêt à accueillir ses premiers locataires.

Parmi les abeilles qui se succèdent dans les ateliers mal isolés et assez rudimentaires, Léger, Zadkine, Laurencin, Soutine, Modigliani, Chagall, Brancusi et bien d'autres.

Aujourd'hui encore, la Ruche continue d'essaimer et d'inspirer de nombreux artistes. Cet incroyable îlot de verdure est classé au titre des monuments historiques depuis les années 1970 après avoir échappé à la destruction pour cause d'insalubrité. Après y avoir fait leur miel, nombre d'artistes se sont mobilisés pour inciter de riches industriels à injecter les fonds nécessaires à la réhabilitation des lieux.

Désormais, ces ateliers ont gardé leur vocation, mais ont perdu leur inconfort. Les 5000 m² de terrain où vivent 35 artistes sont visibles au 2, passage Dantzig (près du Parc Georges Brassens) dans le 15e.

Pour des anecdotes originales sur les surprises cachées à Paris, commandez une visite insolite !

Photo : A.POUTHIER|LE MONITEUR


33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout