« PARIS DONNE UN MANTEAU DE LUMIÈRE AUX IDÉES »

- VICTOR HUGO -

(DR) Théo Abramowicz
Toutes les autres illustrations : (CC) Théo Abramowicz.

VISITEZ-PARIS.COM fait partie de la Coopérative d'Activités et d'emploi Coopaname
SCOP-SA à capital variable - RCS Paris B 448 762 526 - SIRET : 448 762 526 00136 - NAF 7830Z
N° Intracom : FR49 448 762 526

Pour nous contacter : contact.visitezparis@gmail.com | 06.19.49.09.54 | formulaire

Plan du site | Cookies | Conditions Générales de Vente | Mentions légales

Une vraie folie des Alpes cachée dans Paris

24.07.2017

L'été s'est bien installé. Il porte avec lui sa chaleur, ses orages, son flot de touristes déversés sur la capitale et égraine chaque jour les départs en vacances des Parisiens.

 

Entre deux orages, il fait chaud et cette chaleur est parfois étouffante. Ceux qui prennent le métro ou RER aux heures de pointe le savent : quand il faut chaud à Paris, il fait très chaud sous Paris.

 

Alors le grand paradoxe de l'estivant parisien se pose ainsi : chacun prend la route vers le soleil tandis que le Parisien resté dans sa ville rêve de prendre de la hauteur, de profiter d'un peu de fraîcheur. Il se prend à rêver déjà aux stations de sport d'hiver. Le soir venu, dans son lit sans couette, il pense à la neige, au verglas, aux patins à glace et au ski. Il étend ses rêveries jusqu'au crépitement de la cheminée, au pull en laine, à la raclette (raclette végan s'il est dans le 11e) et... quintessence absolue : au chalet savoyard.

 

Mais le chalet savoyard a un gros défaut : il est généralement en Savoie (et c'est loin, mais c'est beau). Généralement, car l'un d'entre eux est bel et bien à Paris, dans le 19e.

 

Ce chalet, que vous pouvez voir au 103 rue de Meaux (métro Laumière) n'est, en vérité, pas tout à fait savoyard, bien que son style corresponde.

 

Son histoire remonte à 1867. Cette année-là, pour l'exposition universelle de Paris, une délégation (certainement l'Autriche) fait construire sur le champ de Mars un chalet en guise de pavillon national. Un propriétaire de terrain, parisien estivant sensible à la chaleur de l'été 1867, achète les plans et les garde précieusement pendant 14 ans avant de réunir les fonds pour construire son rêve : un chalet alpin à Paris.

 

C'est le début d'une mode qui ne s'arrêtera vraiment que dans l'entre-deux-guerres. On appelle-ça des "folies". Dans une vieille tradition d'avant la Révolution, on se faisait construire des "folies", c'est-à-dire des pavillons en banlieue. En cette seconde moitié du 19e siècle, le principe a légèrement évolué. Pour résumer : vous êtes riche, vous voulez une maison de campagne sans avoir à faire de longs trajets pour vous y rendre, vous la faites donc construire à Paris. C'est aussi simple que ça !

 

Pour des anecdotes originales sur les surprises cachées à Paris, commandez une visite insolite !

 

Partagez
oui, partagez
J'adore ce post !
Please reload

Please reload

R
U
B
R
I
Q
U
E
S

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook Basic Square