« PARIS DONNE UN MANTEAU DE LUMIÈRE AUX IDÉES »

- VICTOR HUGO -

(DR) Théo Abramowicz
Toutes les autres illustrations : (CC) Théo Abramowicz.

VISITEZ-PARIS.COM fait partie de la Coopérative d'Activités et d'emploi Coopaname
SCOP-SA à capital variable - RCS Paris B 448 762 526 - SIRET : 448 762 526 00136 - NAF 7830Z
N° Intracom : FR49 448 762 526

Pour nous contacter : contact.visitezparis@gmail.com | 06.19.49.09.54 | formulaire

Plan du site | Cookies | Conditions Générales de Vente | Mentions légales

Un vrai maître du temps caché dans Paris

11.12.2017

Que s'est-il passé le 15 novembre 1966 ? Pas grand chose de mémorable. Les Beatles commencent le tournage de leur 3e film, Brejnev dénonce le gouvernement chinois, un noir est élu maire d'une grande ville américaine pour la première fois. Mais surtout, Salvador Dali décrète l'entrée officielle dans le 21e siècle !

 

Qu'est-ce-qui justifie d'avancer de 35 ans l'arrivée d'un nouveau siècle ? C'est que Dali inaugure à midi une œuvre qui selon son habituelle modestie, constitue une nouvelle "merveille du Monde moderne".

 

Pour comprendre, il faut d'abord préciser que des amis du Maître avaient acheté une boutique au 27 de la rue St-Jacques, la plus ancienne de Paris. En effet, quand les Romains se sont installés dans ce qu'on appelait Lutèce, ils ont fait comme à chaque fois, ils ont tracé une voie allant du nord au sud (le cardo) et une autre d'est en ouest (le decumanus). Le tracé du cardo correspond à la rue St-Jacques.

 

Cette très ancienne rue porte ce nom depuis l'époque où les pèlerins partaient de l'église St-Jacques de la Boucherie dans le quartier des Halles et empruntaient cette rue pour la première étape de Saint-Jacques de Compostelle. Au 17e siècle, l'église St-Jacques du Haut-Pas marquait une première halte dans la longue route du pèlerinage. C'est pour marquer ce point de passage que la rue est parsemée de petits bas-reliefs représentant des coquilles saint-Jacques.

 

Dali est bien entendu au courant de cette histoire. Tout à son bonheur d'avoir des amis qui ont acheté une boutique dans cette rue, il leur offre une enseigne en forme de cadran solaire. Passé de mode depuis des siècles, le cadran solaire de Dali est un rappel de l'histoire ancienne de la rue. Dans une plaque de ciment, l'artiste a représenté une coquille saint-Jacques offrant visage de femme.

 

Le 15 novembre 1966, pourtant, le soleil n'était pas au rendez-vous, qu'à cela ne tienne, Dali ce jour-là était en forme et a installé un projecteur qui rappelait pourquoi les cadrans solaires étaient passés de mode. Ce lien entre l'ancien et le moderne, pour Dali, c'était à coup sûr l'entrée dans un nouveau siècle. Plus de 50 ans après, on peut se dire qu'il avait peut-être raison...

 

Pour des anecdotes originales sur les surprises cachées à Paris, commandez une visite insolite !

 

 

Photo : Lipinski

Partagez
oui, partagez
J'adore ce post !
Please reload

Please reload

R
U
B
R
I
Q
U
E
S

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook Basic Square